Le Cinéaste et L’Inverse

Sélectionné au Festival Vidéoformes 2014

Réalisation et images Jonas Luyckx

Textes Annie Lafleur

D’après Raimbaut d’Orange (c.1130 – c.1170) Alors brille la fleur inverse

Création sonore: Gauthier Keyaerts et Stephan Ink

Mastering audio: Pieter de Wagter et Marc Doutrepont @ Equus

Traduction anglaise: Oana Avasilichioeai

Article paru dans le VOIR à Québec

Photos

Synopsis/

Ce projet est né du désir commun de donner forme au sentiment complexe du manque. Manquer à quelqu’un, c’est le faire souffrir par son absence. C’est aussi le faire briller. Le manque est un fait, un état, une façon d’être et de réagir à l’amour éprouvé dans la détresse. Ce manque à gagner passe ici par le poème d’aveux et d’amour, par la déclaration de ce sentiment comme quoi il est amour étranglé par l’attente de l’autre. Il passe aussi par l’image qui pose un regard sur l’autre dans ses gestes quotidiens, puis dans sa propre solitude. L’absence est un défaut, une lacune, une privation, une soif première à étancher tantôt avec violence, tantôt avec délicatesse; mais surtout sans complaisance.

Sans viser la catharsis, le cinéaste et la poète tentent d’aborder l’absence de l’autre comme l’examen d’un phénomène aussi rare qu’imparable.